{{{$data->nom}}}

Les Forêts Mentales, groupe Orchidée

Scène libre : Aventure

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

Cela fait déjà un moment que se déverse par flot irrégulier des vagues de peur et de souffrance présente comme passée. Une nouvelle fois interrompu dans ses pensés, la vieille branche décharné, couverte de terre et de jeune pousse débordante de ses nombreuses poches mainte fois rapiécées par une brodeuse dont le nom est depuis longtemps égaré, se dresse sur ses pieds.

Mihajlo scrute et observe les environs, il sait naturellement ou il est : perdue. Perdue dans les bois depuis un certain temps d'ailleurs, encore que ce dernier soit tout aussi incertain que la direction qu'il vient d'envisagé. Mais ces ondes qui s'échouent sur son crane, comme un ramassis de ragot ressassé et semé à tous vents par un radiophoniste édenté, ont éveillé la forêt et sa curiosité.

Il presse le pas, évite au tant qu'il le peut les branches basses et arbustes hauts qui pourraient l'effeuiller si ce n'est plus mais au bout d'un moment trébuche contre une plaque métallique orné de trois feuilles [feuille] arrangées en forme de trèfle. Un second mot résonne comme en écho à sa pensée [stigmate]. Stigmate du temps passé, de ce fameux age d'or après lequel court certain mécano qu'il a put croisé.

Mais l’écho est un signe pour lui, d'autres aussi. Des vagues de terreur se brise sur son caillou esseulé dans la forêt qui elle affamé s'en abreuve. Le sol vibre, les écorces suintent, les branches craquent, les lianes se balancent, c'est tout le bois qui s'agite et commence à s'armer petit à petit de dent, de piquant, de pointe, d'aiguille aussi fine et tranchante que les griffes d'un lynx.

Ni une ni deux, prend délicatement une pousse entre l'indexe et le pouce et la transplante non loin avant de l'arroser abondamment de son urée. Est ce un haricot magique, un monstroplante ou juste une fleur fanée avant même d'avoir éclot qu'il espère voir pousser ?


KLING ! KLONG !

La trappe a cédé et déverse son lot de membre hétéroclite.

Il ne reste plus qu'a la clique de rafistolé à décamper, fuir, [fuir], [fuir], … les mutilés se répandant tel une nuée.

Mais la fuite n'est pas aisée, les parois du souterrain fortifié semblent se contracter, se dilater, être prise de convulsion. Hallucination dû aux spores des champignons ou sombre réalité d'un intestin s’apprêtant à les digérer aussi simplement que le bras fut arraché par l'ours, tant de questions auxquelles ils n'ont le temps de penser, les clic clac des pinces se rapprochant déjà.

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>