{{{$data->nom}}}

Les Forêts Mentales, groupe Orchidée

Scène libre : Aventure

Créer une scène libre Répondre

RP posté le



(Atrium Carceri - Childhood I)


****

Si les souvenirs s’effilochent tous les trois ans, alors la vie est peut-être une bobine de fil déroulée lorsque des morceaux épars resurgissent, et dont la mort serait la clef. Cette dernière s’agrippe, s’accroche à Olga. La première fois avec l’accident, cette fois-ci avec une balle qui la percute de plein fouet. Une fleur de sang éclot, mais plutôt que de l’empêcher, sa menotte cherche la main de Vladek.

Et son petit livre à souvenirs brodés chute d’une poche à ses pieds, ouvert sur une page d’étoffe représentant deux bambins en train de jouer au cœur d’un village bercé par la saison morte. Les points de broderie sont là assez grossiers, les motifs sont simplets, naïfs, comme un dessin d’enfant. Peut-être bien que le délire la reprend l’espace d’une poignée de secondes tandis que retombe son regard sur Lasko, et qu’elle chantonne comme pour répondre à la question.

"Shmenka a fauté, Shmenka a fauté !

Dans le lit d’un homme marié, elle s’est retrouvée

Avant que ne vienne le ventre rond, le ventre rond

Broderie, brodera, broderons les p’tits napperons

Et l’on dit quand l’enfant naquit qu’il était, qu’il était

Au village,le moins laid de tous les p’tits garçons

Mais pour garder le secret de cette honteuse filiation,

Shmenka dût voler toutes ses dents de lait, toutes ses dents de lait…"

Et la suite ? Et la suite ? Ne seraient-ce pas que des ragots ? Elle craint de la connaître quand revient ce sentiment de culpabilité, de remords et de regrets la mordant aussi fort que les paroles prononcées par le lynx. Comme pour occulter la terreur grandissante d’une mort imminente, ses yeux pleins d’amour et de tristesse reviennent sur Vladek

« Ne m’oublie pas, ne m’oublie plus… C’est avec toi que je voulais me marier… Si jamais, réalises ton rêve et sois heureux… S’il te plait. »

Point le temps de tergiverser alors que Luka donne un sec coup de volant pour frapper l’arbre de plein fouet en faisant choir le gamin de son perchoir. amplifiant ainsi le mal de crâne du mercenaire comme si une clef anglaise avait volé pour le heurter...

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>